Consultation sur NDDL : notre réaction

Le oui majoritaire à l'échelle départementale est un fait politique qui doit être reconnu. Nous aurions préféré l'inverse, mais nul ne peut ignorer ce résultat qui, du point de vue de ses promoteurs, notamment l'Etat, ouvre la voie à la poursuite du projet d'aéroport.
Mais des questions demeurent : car si les électeurs de Loire-Atlantique ont majoritairement validé le principe d'un transfert de l'aéroport, le dimensionnement de l'équipement et son adaptation à la réalité d'aujourd'hui continuent à interroger, comme le démontre le rapport d'experts remis à Ségolène Royal, ministre de l'environnement il y a quelques semaines.
D'autant que les objections au projet VINCI continuent de faire l'objet de contentieux, notamment du point de vue du droit européen de la protection de la nature et de la biodiversité.
Le résultat d'aujourd'hui répond à la question de la légitimité du projet, mais pas à la question de sa légalité. Celle-ci est encore suspendue à plusieurs recours.

Il traduit par ailleurs une opinion publique divisée sur un projet de territoire qui devrait au contraire la rassembler.
Sans surprise, le résultat de la consultation  démontre que la population du territoire d'implantation de ce projet d'aéroport est fortement opposée à sa réalisation.
Plus étonnant, le résultat sur la ville de Nantes (50/50) montre que les Nantais sont très partagés sur l'utilité et le bien-fondé de ce projet de  transfert de l'aéroport alors que ce sont les premiers concernés, y compris et surtout par le survol des avions qui atterrissent sur l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique. Les Nantaises et les Nantais n'ont donc pas souscrit massivement à cet argument du survol de leur ville, argument martelé par les partisans du OUI. De même l'ancien maire de Nantes, qui avait attaché son nom à ce projet, n'était donc pas à l'unisson d'une large majorité des Nantaises et des Nantais sur ce projet.
Ces éléments démontrent que le projet actuel est loin de faire consensus et qu'il convient donc pour ses promoteurs d'y retravailler en tenant compte de toutes les indications du scrutin d'aujourd'hui.