Baisse mensuelle du chômage : "une bonne nouvelle qui ne fait pas un projet présidentiel"

La baisse mensuelle du chômage est une bonne nouvelle. 

Cela vient apporter un démenti au tableau noir que certains souhaitent dresser de la France en période pré-électorale. A l’inverse, les chiffres contradictoires d'un mois sur l'autre tout comme le nombre global de demandeurs d'emplois qui reste particulièrement élevé ne donnent pas plus de crédit au scénario du « ça va mieux ».

 

 

N'oublions jamais que derrière ces chiffres, il y a des situations humaines, qui restent très difficiles pour de nombreux compatriotes notamment les chômeurs de longue durée.

 

 

Ces chiffres disent avant tout que, globalement, les entreprises de France créent plus d'emplois qu'elles n'en suppriment, ce qui est évidemment une bonne nouvelle. De nombreux Français ont trouvé un emploi, que de nombreuses entreprises en ont créés, que des initiatives indépendantes sont lancées et nous devons les accompagner. Ces chiffres disent aussi que d’autres n’ont toujours pas trouvé d’activité, en raison de trop

faibles créations d'activités mais pas seulement : la formation professionnelle, l’orientation des jeunes, l’apprentissage, de nombreuses

politiques doivent répondre à ces situations. L'enjeu est aussi d'accélérer le développement de nouveaux secteurs d'activité comme l'économie verte ou le numérique.

 

Les politiques doivent faire preuve d'humilité car, rappelons-le, ce n’est pas l’Etat qui créé de l’emploi en France, ce sont les Français et particulièrement les entreprises. Les politiques publiques doivent les accompagner, leur donner le cadre le mieux

adapté.

 

Parlons vrai : la vie politique française, et singulièrement à gauche, ne peut être suspendue aux fluctuations d’un chiffre aussi désincarné et immaîtrisable que celui du nombre mensuel d’inscrits à Pôle Emploi. L’inversion d’une courbe ne fait pas un projet présidentiel.